Menu

Appartement G.

De 5 à 2 personnes… évolution d’un duplex

Localisation: Annecy 

Livraison: 2009 

Surface: 120 m2

Distribution des lieux: RDC :entrée, cuisine, salle à manger, salon, chambre d’amis et salle de bains invités – R+1 : master suite, salle de bains, dressing, bibliothèque, bureau.   

Partenaires du projet: Maître d’œuvre Benjamin Mauris. 

Cahier des charges: 

- Réunir deux chambres à l’étage pour créer une master suite sous rampants de 40 m2 

- Rénover les pièces de jour

- Repenser la décoration en prenant en compte les meubles existants

 

Parti pris architectural : 

Au départ de leurs enfants, les propriétaires ont sollicité le savoir-faire de l’Atelier Giffon pour transformer le niveau sous rampants en une suite parentale autonome, comprenant un dressing, une salle de bains, un bureau et une bibliothèque. Les propriétaires en ont également profité pour moderniser les pièces de jour, changer les matériaux et revoir la décoration existante. L’architecte d’intérieur a fait table rase des deux chambres à l’étage et a repensé l’implantation pour optimiser les 40 m2. Au rez-de-chaussée, les espaces ont été réinterprétés, en absorbant le mobilier d’origine, jusqu’à décliner la couleur tulipe, propre aux galettes des chaises Saarinen (Knoll), sur l’habillage de la cheminée. Ce contraste avec la peinture blanche permet ainsi de valoriser l’âtre et de dynamiser l’ambiance. Pour lier les deux étages, l’architecte d’intérieur a choisi le revêtement Veneto de Vescom, rappelant dans sa teinte camel, le veinage du sol en travertin, entièrement reponcé. La texture « peau de pêche » de la surface matiérée joue avec la lumière naturelle rasante et offre des variations changeantes qui éveillent la pièce. Pour dompter la verticalité de cet espace de jour généreux, le meuble/vitrine, réalisé sur-mesure, concède du rangement supplémentaire et dans le prisme du miroir, accroît la luminosité et la profondeur. Une intégration sur-mesure que l’on retrouve également à l’entrée, redonnant, à ce sas, sa fonction principale. Pour agrandir l’espace exigu, Rémi a dompté l’horizontalité en prolongeant la ligne des étagères avec un joint creux parfaitement aligné, sur la façade des portes.    

 

Valeur ajoutée du projet : 

À l’étage, la suite parentale a apprivoisé les combles, jusque dans les moindres recoins. Comme un écho au lac d’Annecy, à proximité, ce volume partitionné s’inspire de l’univers du bateau, matérialisé au sol par le parquet en joints pont de bateau. La chambre évolue dans la partie la plus haute laissant le soin au dressing d’optimiser la surface de rangements intégrés sous la pente, sans encombrer. Pour conserver la luminosité naturelle distillée par la fenêtre de toit, l’architecte d’intérieur a opté pour une paroi japonaise transparente, aux reflets cuivrés, en lieu et place d’une cloison opaque. La salle de bains se partage la porte coulissante avec la montée d’escalier, tandis que le bureau et la bibliothèque font face à chambre. Pour relier l’ensemble, Rémi a imaginé, au plafond, un fil conducteur participant à la rythmique des pièces, mais également à leur mise en lumière. 

Lire texte
Fenêtre de log